La vie des hommes est souvent sarcastique et très rythmée. Elle est entrecoupée de séquences multiformes. « Nous avons eu à chercher la vérité. Nous sommes une famille respectueuse des lois de la société et celle divine. Nous travaillons comme la police. Notre idéal est d’éduquer. Les noms cités ont fait plusieurs fois des témoignages sur Oustaz. Nous demandons aux Sénégalais de rester sereins. Puisqu’il s’agit d’une affaire pendante devant la justice. Oustaz est né en 1981. En 1999, Oustaz était déjà au Daara en train d’apprendre le Coran. Il a quitté le Daara entre 1999 et 2000. Et, il est venu à Ouakam en 2005. Personne ne l’a jamais vu dans quoi que ce soit depuis les 15 ans passés à Ouakam », a expliqué un de ses frères, Bachir Guèye.

Ainsi, les proches d’Oustaz Guèye demandant à ce que justice soit faite, refusent d’accuser personne comme étant l’instigateur. « Nous sommes des religieux, de vrais croyants à la religion musulmane. Il y a des hommes de Dieu qui ont été emprisonnés et torturés à mort. D’autres sont accusés injustement. Et, il y a parmi eux, le cas du prophète Younoussa. Peine ou pas, cela n’est pas notre problème. La peine la plus lourde, c’est celle de Dieu. Celle de la vie se limite à la mort ou, à la fin de la peine. Ce que nous souhaitons, c’est que cette affaire soit tirée au clair », exhortent-ils.

Oustaz Abibou Guèye, n’ayant pas de Daara, donnait ses cours particuliers à Ouakam. « Là où on dit que c’est son Daara, il y enseignait des adultes. Ces derniers, ont témoigné que c’est lui qui les a formés », reconnaît-il.

A retenir que l’affaire du maître coranique, Abibou Guèye, arrêté le lundi 03 février est assez compliquée. Accusé de viol et de pédophilie, Oustaz Guèye bénéficie de plusieurs retours de parquet. Ses plaignants, résidant à Ouakam sont au nombre de 12, dont A. Tall et M. Diagne, âgés respectivement de 27 ans et 25 ans.

Affaire à suivre…

LEAVE A REPLY