L’Association congolaise pour l’accès à la justice (ACAJ) soupçonne l’ex-président Joseph Kabila, et certains de ses anciens ministres, d’ »enrichissement illicite ».

L’ONG demande à la justice d’enquêter sur le patrimoine de l’ancien président Joseph Kabila et de ses anciens ministres. Des membres de la coalition pro-Kabila rejettent ces accusations qu’ils jugent non fondées.

Le président de l’Association congolaise pour l’accès à la justice pense que certains dignitaires de l’ancien régime se seraient enrichis de manière illégale. « Il se dégage aujourd’hui plusieurs soupçons sérieux d’enrichissements illicites dans le chef de certains de la plupart d’entre eux. C’est la raison pour laquelle, nous avons jugé utile de saisir formellement le procureur général près la Cour constitutionnelle pour l’obliger à faire enquêter sur leur patrimoine », a déclaré Georges Kapiamba.

De son côté, Ferdinand Kambere, cadre de la coalition pro-Kabila, rejette ces allégations: « C’est aberrant. S’il a des preuves, ce qu’il doit faire, ce n’est pas d’utiliser la presse. Ce qu’il doit faire, c’est plutôt aller vers le fisc pour prouver ça ». Ferdinand Kambere estime que l’ACAJ doit apporter les preuves pour soutenir ses accusations.

La loi congolaise impose au Chef de l’Etat, au Premier ministre ainsi qu’aux autres ministres, de déclarer leur patrimoine avant d’entrer en fonction, puis à la fin de leur mandat.

Lundi, le Premier ministre Sylvestre Ilunga a déposé sa déclaration de patrimoine devant la Cour constitutionnelle. Le chef du Gouvernement a invité ses ministres à en faire de même.

Sur les réseaux sociaux, des mouvements citoyens comme Lucha encouragent le président Félix Tshisekedi à rendre publique la liste de ses biens, pour  » favoriser la transparence « .

BBC

LEAVE A REPLY