Macky Sall veut lancer un os à ronger, pour occuper et diviser ses opposants, à travers le statut de leader de l’opposition, grassement financé. Et pendant ce temps, il va profiter de la division et de la diversion pour enterrer le dossier du pétrole et du gaz. C’est la conviction de Mamadou Lamine Diallo, qui note que, pour diviser l’opposition, Macky Sall est prêt à financer son leader pour 2 milliards, sans compter les autres actions entreprises pour arriver à ses fins : étouffer le scandale du pétrole et du gaz. 


Le pouvoir voudrait-il semer la zizanie et la division dans le camp de l’opposition, à travers le fameux statut du chef de l’opposition ? Pour Mamadou Lamine Diallo, la réponse est oui. «Le troisième volet (pour parasiter le débat sur le pétrole et le gaz) est la sucette pour des leaders politiques : le statut du Chef de l’opposition, avec à la clef un budget de deux milliards au moins. Pour Macky Sall, en procédant ainsi, l’opposition sera divisée et ne participera pas ainsi au combat contre la spoliation de notre gaz», a déclaré l’opposant, hier, dans sa tribune hebdomadaire «Questekki». En plus du statut du chef de l’opposition qui, pour lui, sera un facteur de division, Mamadou Lamine Diallo souligne que Macky Sall compte aussi sur d’autres leviers pour museler ses challengers. «Le report des locales, les sorties de la société civile à sa botte dirigée par l’Ong 3D, le recul de façade sur l’audit du fichier et du processus électoral sont des manœuvres pour diviser l’opposition et attirer des leaders politiques dans son schéma constitutionnel pour asseoir le pouvoir de la dynastie Faye-Sall», explique-t-il.  
Auparavant, le député de l’opposition a noté que le premier acte posé par la «famille Faye-Sall» pour «étouffer le scandale du gaz dans lequel des royalties de plus de 6000 milliards sont à partager», est l’implication du procureur, qu’il trouve partisan. Car, dit-il, le chef du parquet «ne veut pas traiter le rapport de l’Ofnac sur Petro-Tim et feint d’ignorer la plainte de Mamadou Lamine Diallo et Abdou Mbaye». Poursuivant, il affirme que c’est dans la même logique de faire oublier le scandale Petro-Tim et faire taire ses détracteurs que le pouvoir procède par «l’intimidation, la répression et l’emprisonnement systématique des leaders qui portent ce combat». Et cela, «par tous les moyens, notamment l’offense au chef de l’Etat et autres dispositions antidémocratiques et liberticides du Code pénal». 

LEAVE A REPLY