Scène indescriptible à la veille de la Tabaski à Keur Massar. Contrairement à ce qu’avait annoncé le ministre de l’Elevage, Samba Diobène Ka, lors de sa visite dans cette localité, il n’y a pas eu assez de moutons pour satisfaire la demande des populations. Une situation qui a créé un vent de panique à la veille de la fête chez les habitants de cette commune qui ont fait le tour des points de vente jusqu’à 5h du matin à la recherche d’un mouton. Devant la pénurie de bêtes, on a assisté à une inflation. D’autant que des chèvres ont été vendues à 150.000 Fcfa. Face à cette situation, l’imam de Darou Missette (quartier qui se trouve à l’entrée de Keur Massar,Ndlr) n’a pas fait le sacrifice d’Abraham parce qu’il n’a pas pu trouver de mouton. C’est lui en personne qui l’a fait savoir lors de son sermon le jour de la fête.

Echec lamentable de Samba Ndobène Ka 
Le moins que l’on puisse dire, c’est que le ministre de l’Elevage a fait montre d’une incompétence qui n’honore pas du tout les jeunes qui aspirent à de hautes responsabilités. Malgré son âge avancé, son prédécesseur Aminata Mbengue Ndiaye avait réussi son passage à la tête de ce département. Avec elle, aucune pénurie n’a été notée. Pour le baptême du feu de Samba Ndiobène Ka, ce fut un échec lamentable. La preuve par cet imam de Keur Massar qui, après la prière, a déclaré aux fidèles : «Je ne peux pas égorger de bélier conformément aux préceptes religieux, parce ce que je n’ai pas eu de mouton cette année». L’imam Sow soutient qu’il s’est rendu au foirail pour acheter un bélier, mais les prix étaient tellement exorbitants qu’il n’a pas pu en acheter. Une révélation qui a suscité une vive émotion dans l’assistance.

LEAVE A REPLY