Les jeunesses socialistes du département de Rufisque ont tiré à boulets rouges sur le président Macky Sall à qui ils ont rappelé ses promesses vis- à-vis de Rufisque. C’était ce dimanche au Cnfa où ils accueillaient leurs camarades de la région de Dakar. Selon eux, ce qui se passe est pire que les 12 ans de gestion d’Abdoulaye Wade.

Les jeunes socialistes du département de Rufisque ne sont pas contents du régime du président Macky Sall. Ils l’ont manifesté ce dimanche au Cnfa où ils recevaient leurs paires de la région de Dakar qui bouclaient leur tournée régionale par la vieille ville après Dakar, Pikine et Guédiawaye.

Le responsable départemental des jeunesses socialistes de Rufisque indique, de manière très acerbe, que le régime du président Macky Sall fait du sur place. «Si on ne veut pas créer des industries, si on ne veut pas renforcer les industries qu’on a, si on ne veut pas créer d’emplois à telle enseigne que les jeunes se jettent dans la mer, nous de Rufisque, nous disons au pouvoir, qu’il nous faut revenir à une réelle politique de jeunesse», a martelé Stanislas Ndiaye.

Qui suggère que «les Sénégalais s’arrêtent pour dire que ça ne marche pas». Car, constate-t-il, «on a essayé les libéraux, on a essayé maintenant les pseudorépublicains. On voit ce qu’est la gestion républicaine. C’est encore pire que ce qu’Abdoulaye Wade a fait en 12 ans».

Ils ont aussi rappelé au président de la République ses promesses vis-à-vis du département et de la ville de Rufisque. Le leader des jeunesses socialistes de Rufisque explique qu’entre les deux tours de l’élection présidentielle, Macky Sall avait parlé d’un programme d’urgence destiné à la localité, «en s’engageant à refermer le grand canal. Mais, jusque là rien.

Maintenant, il faudrait que le président prenne ses responsabilités et qu’il les assume». Dès lors, poursuit-il, «Rufisque attend la concrétisation». Entre autres promesses faites par Macky Sall aux Rufisquois, le responsable des jeunesses socialistes signale : «Il avait parlé de la pêche notamment de la motorisation.

Il avait parlé de la culture maraîchère dans l’inter land parce que nous sommes une zone des Niayes. Nous ne voyons rien venir. L’industrialisation, on ne voit rien venir. Au contraire, on est en train de tuer le secteur privé sénégalais».

Suffisant pour laisser entendre que le Parti socialiste est la seule alternative. Du coup, ils se disent déterminer à voir leur parti présenter un candidat en 2017. Un rendez-vous auquel ils tiennent. Car, estime Stanislas Ndiaye, «le président de la Ré- publique avait dit qu’il va faire un mandat de 5 ans. Maintenant, il n’a qu’à s’assumer.

C’est un président de la République, il représente une institution. Bien sûr, il a dit cela en tant que candidat. Mais, le candidat est devenu président de la République. Donc, ce n’est pas rien; il ne faut pas qu’on fragilise les institutions en faisant du wax waxeet».MACKY WADE II

LEAVE A REPLY