samedi, août 24, 2019
Blog

Crise à Direct Infos : Ce qui s’est réellement passé

0

Depuis quelques semaines, le quotidien Direct Infos est au devant de la scène… médiatique. Le promoteur de ce journal, en l’occurrence, Cheikh Amar est accusé de ne pas payer les salaires ce, depuis 8 (huit) mois par les journalistes et autres employés de ce groupe de presse. Serigne Khassim Mbacké, un ami proche de l’homme d’affaires, vient d’apporter sa part de vérité, histoire de le dédouaner : «Des informations circulent pour faire état d’arriérés de salaires de 8 mois au quotidien Direct infos. Des gens veulent porter le bonnet d’âne à Cheikh Amar alors qu’il n’en est vraiment pas rien. Depuis qu’il a acheté ce journal, il a délégué la gestion à Pape Diogoye Faye pour mieux s’occuper de ses entreprises. Cheikh Amar n’est même pas au courant du climat social qui y règne. Il ne connaît aucun employé de ce groupe. Ce qui intéresse, c’est d’aider le Président de la République son Excellence Macky  Sall à réussir le saut vers l’émergence du Sénégal. » Le petit-fils de Serigne Bassirou Mbacké Khadimou Rassoul, de poursuivre : «Cheikh Amar n’a vraiment pas le temps de s’occuper de ces sornettes. Il n’a jamais pris  un centime de Direct Infos. Des personnes veulent simplement exercer un chantage sur lui. Mais, ce sera peine perdue. Toutes ces autres sociétés qu’il gère directement se portent à merveille. A TSE, TRE, Holding Amar, tous les employés reçoivent régulièrement  leurs rémunérations. Pas plus tard que pour la Tabaski, il a payé tous les salaires et, même, donné des avances », a argué Serigne Khassim Mbacké.

Nécrologie : Décès de l’ancien Secrétaire général de la FAO Jacques Diouf

0
L’ancien Secrétaire général de l’organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), Jacques Diouf, n’est plus. Le diplomate sénégalais est décédé ce samedi en France à l’âge de 81 ans, des suite d’une longue maladie, ont annoncé ses parents et proches.Jacques Diouf, né le 1er août 1938 à Saint-Louis, est un diplomate, homme politique sénégalais, qui a exercé les fonctions de Secrétaire d’Etat puis d’Ambassadeur de la République du Sénégal. Il a été aussi Directeur général de l’organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

Jotali.net , s’associe à cette douleur et présente ses condoléances à la famille éplorée.

Dakaractu

Nécrologie : Décès de l’ancien Secrétaire général de la FAO Jacques Diouf

0

L’ancien Secrétaire général de l’organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), Jacques Diouf, n’est plus. Le diplomate sénégalais est décédé ce samedi en France à l’âge de 81 ans, des suite d’une longue maladie, ont annoncé ses parents et proches.

Jacques Diouf, né le 1er août 1938 à Saint-Louis, est un diplomate, homme politique sénégalais, qui a exercé les fonctions de Secrétaire d’Etat puis d’Ambassadeur de la République du Sénégal. Il a été aussi Directeur général de l’organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

Jotali.net , s’associe à cette douleur et présente ses condoléances à la famille éplorée.

Dakaractu

Sonko menace Macky et les siens après la libération de Guy Marius Sagna: « Usez et abusez de vos pouvoirs tant que vous le pouvez »

0

Le leader du Pastef Les Patriotes a encore frappé. Quelques heures après la liberté provisoire accordée à Guy Marius Sagna, Ousmane Sonko a mis en garde le Président Macky Sall et tous ses hommes, qui seraient impliquées dans des détournements de deniers publics et autres fonds issus des ressources naturelles du Sénégal.

« Usez et abusez de vos pouvoirs pendant que vous le pouvez encore. Sachez cependant que ces crimes économiques et financiers sont imprescriptibles et, tôt ou tard, les pendules seront remises à l’heure », a écrit l’opposant dans un communiqué parvenu à PressAfrik.

S’exprimant sur la libération de l’activiste, Sonko indique qu’ « aucune autorité judiciaire ou administrative n’est à remercier ou à féliciter pour cette liberté dont Guy n’aurait jamais dû être privée. Les seuls qui méritent ces égards, sont le concerné, pour son endurance et sa constance dans la résistance au zèle d’un ministre de la Justice qui veut plaire à Macky Sall, ses vaillants avocats et ses fidèles soutiens qui n’ont fait montre d’aucune faiblesse face à l’épreuve »

Il ajoute: « Ce qui se passe dans ce pays est une honte pour la gouvernance de Macky Sall, plus que jamais confrontée à la crise nationale multiforme, résultat de son incompétence et son manque de vision et de projet crédible pour le Sénégal ».

Ousmane Sonko a ensuite appelé tous les Sénégalais à faire comme « Guy Marius Sagna, pour dire non à la dictature ».

« Conseil de discipline » : Les minutes de la rencontre entre le commissaire Bara Sankharé et la hiérarchie policière

0

Bara Sankharé n’est plus aux commandes du commissariat d’arrondissement des Parcelles Assainies. Au sortir d’une réunion du « Conseil de discipline » tenue au ministère de l’intérieur, des mesures conservatoires ont été prises à son encontre en attendant les résultats de l’enquête déclenchée et confiée à l’Inspection des services de police.  Pour le moment, il a été mis à la disposition du Cabinet du Directeur général de la police nationale.

La haute hiérarchie de la police a promptement réagi suite à l’incident survenu dernièrement dans l’enceinte de la pharmacie Serigne Fadilou Mbacké, sise à la Patte d’Oie Builders. L’ampleur prise par cette brouille entre le commissaire Sankharé et un pharmacien, immortalisée par une vidéo qui a fait le tour des réseaux sociaux, a poussé les autorités judiciaires à se saisir de l’affaire.

Une enquête a été commanditée pour tirer au clair cette nébuleuse. C’est ainsi que des éléments de l’inspection des services de police, munis d’une réquisition, se sont rendus à la pharmacie pour entrer en possession de la totalité des cassettes des caméras de surveillance. Parallèlement à cela, des auditions sont faites dans les locaux du commissariat des Parcelles assainies pour voir la chronologie des faits et déterminer la responsabilité des différents protagonistes. Le pharmacien et le commissaire ont été auditionnés séparément, sur procès-verbaux.

Vingt-quatre heures après le déclenchement  de cette affaire, les éléments de la police des polices ont produit un rapport sur l’incident destiné à la hiérarchie policière. Muni de ce document, le Directeur général de la police a convoqué ce vendredi 16 août le conseil de discipline de la police pour examiner le rapport et voir le sort qui sera réservé au commissaire Bara Sankharé impliqué dans cet incident.

Ont pris part à la réunion du «Conseil de discipline» le Directeur de sécurité publique (Dsp), Abdoulaye Diop, le commissaire central de Dakar, Ndiaré Séne,  la patronne du Bureau des relations publiques de la police…, Tabara Ndiaye,  entre autres. Le Directeur général de la police nationale (Dgpn), Ousmane Sy, a présidé la rencontre. Et le mis en cause, Bara Sankharé, était présent.

Au terme d’une discussion, une « sanction administrative» est prise. Le commissaire Bara Sankharé est déchargé de ses fonctions de commissaire de police des Parcelles Assainies et mis à la disposition du Cabinet du Directeur général de la police nationale, sis au ministère de l’intérieur.

Selon nos sources, avant d’en arriver à cette décision, les discussions ont été houleuses. C’est d’abord le Directeur général de la police nationale, connu pour son franc parler, qui a ouvert les débats et évoqué le sujet avec fermeté. Il n’a pas été tendre avec le commissaire Sankharé, dont les actes, estime-t-il, ont été disproportionnés par rapport à «l’offense» dont il dit être victime de la part du pharmacien Il lui a signifié qu’il avait le devoir et même l’obligation, en tant qu’officier supérieur de la police, de garder sa sérénité, quelle que soit la tournure prise par les évènements.

A tour de rôle, tous les gradés de la police, présents à cette rencontre, ont manifesté leur désapprobation par rapport aux actes commis par le commissaire Sankharé. Ils ont été d’autant plus désolés qu’ils ont tous reconnu qu’ils ne connaissaient de Bara Sankharé que professionnalisme et sens de la retenue… Ils le connaissent comme un policier qui a toujours donné entière satisfaction à sa hiérarchie. Ils estiment que ceci est donc un malheureux incident qu’il faudrait traiter dans ses justes proportions.

Le commissaire Sankharé a encaissé le coup et accepté toutes les critiques de sa hiérarchie. Il a expliqué que s’il a agi comme il l’a fait, c’est parce qu’il a été poussé à bout par son antagoniste. Ce qui l’a poussé à commettre cet acte qu’il regrette. Il a surtout souhaité que cet incident soit un mauvais souvenir et que la sérénité prévale.

Igfm.sn

PHOTO – Le sosie de Dj Arafat qui fait le buzz en Côte d’Ivoire

0

Cela fait quelques heures que son nom est sur toutes les lèvres : Easy Montana. Sorti récemment dans les rues d’Abidjan, le rappeur pourrait facilement passer pour DJ Arafat, le roi du coupé-décalé. Une ressemblance qui n’est pas uniquement physique et fait chauffer la toile.


PHOTO - Le sosie de Dj Arafat qui fait le buzz en Côte d’Ivoire
Alors que ses fans déploraient de ne plus pouvoir le voir autrement qu’en vidéo, le sosie de DJ Arafat a fait une apparition très remarquée en Côte d’Ivoire. C’est dans la capitale du pays que celui-ci a affolé les foules en dévoilant un physique en tout point semblable à celui du Daishi. En effet, Easy Montana porte le même style de coiffure que la star décédée et a le même visage que lui. Sa démarche, sa barbe et ses traits peuvent également s’avérer trompeurs. Mais les points communs entre lui et Ange Didier Houon ne s’arrêtent pas là.


PHOTO - Le sosie de Dj Arafat qui fait le buzz en Côte d’Ivoire
Rappeur ivoirien depuis quelque temps, Easy Montana s’illustre par son assurance et sa vanité. Des traits de caractère que l’on a souvent observés chez DJ Arafat. La doublure se dit d’ailleurs « meilleur rappeur de Côte d’Ivoire » et ne manque pas de préciser que pour lui, « le niveau du rap dans le pays est très faible ». Ces propos, le Commandant Zabra aurait pu les tenir, et avec raison, en ce qui concerne le coupé-décalé. Pour les fans de ce dernier, c’est donc une joie de voir quelqu’un qui fait penser à lui.

Dernière Minute : Le commissaire Sankharé muté à la…

0

La nouvelle vient de tomber. Bara Sankharé, relevé de ses fonctions de commissaire de police des Parcelles Assainies suite à ce qu’il est convenu d’appeler l’affaire de la pharmacie Fadilou Mbacké, atterrit à la Direction générale de la police nationale (Dgpn). Selon la Rfm, il y servira, désormais, en qualité de Conseiller. Ainsi en a décidé, ce vendredi, une réunion de haut niveau qui s’est déroulée au ministère de l’intérieur.

AFFAIRE  DIRECT  INFO : Qui en veut donc  à Cheikh  Amar ?

0

Mais qui en veut  donc à Cheikh  Amar, le  PDG de Holding Amar ?  La question mérite  d’être posée eu égard au développement de ces derniers jours sur  la situation  du  quotidien Direct  Info.

Que vient  faire  le  nom  de  Cheikh  Amar dans une affaire  qui ne  le concerne  pas ?   Où  apparait  le  nom ou la structure de  Cheikh  Amar dans l’Ours du  journal ? Un quotidien dont il  n’a nullement  la gérance et  qui  est  managé   par  son  responsable   connu  sous   le   nom de  Pape  Diogaye  Faye. Mais voilà que des gens viennent mêler   le nom de Cheikh  Amar  sur un différend qui oppose Pape Diogaye Faye à des  journalistes  qu’il a lui-même recrutés. Et  quand ces  journalistes s’en prennent à Cheikh  Amar  , l’on pourrait  bien se demander ce qui les motive à s’acharner sur ce dernier. Il convient de  noter que Cheikh  Amar ne connait et n’a jamais vu un seul  journaliste de Direct Info.  Et  encore, le PDg de Holding Amar ne sait même pas où se trouve le siège  de Direct Info où  il n’a jamais mis les pieds. Qu’est  -ce qui explique alors les attaques et  sorties   injustifiées contre Cheikh Amar. Qui se cache derrière ces journalistes ? Ce qu’il faut  savoir  c’est que,  le  patron de Holding  Amar,  connu pour sa légendaire générosité  et  ses bonnes  actions,  a  aidé  son ami Pape Diogaye  Faye  à reprendre le  journal  en le soutenant  à chaque fois que  de besoin.  Là s’arrête  le rôle de Cheikh Amar dont le nom  ne figure dans aucune structure du journal. Il ne s’est non plus jamais intéressé à la gestion du journal, n’ayant  pas ce rôle. L’on ne comprend  pas donc que  l’on vienne mêler le  nom  de Cheikh Amar dans une affaire qui ne  le concerne pas. Cherche-t-on à le  nuire ?  Ou  à le mettre  en mal avec  l’opinion.  En essayant  de savoir ce qui explique  cet acharnement contre le patron de Holding  Amar, Jotali.net  a joint Serigne Khassim Mbacké, un proche de Cheikh Amar qui explique que ce sont des lobbies qui sont derrière ces attaques.  Cependant  , fait-il  préciser,  ces attaques n’aboutiront  à rien.  Ce , dès   lors   que Cheikh bAmar a d’autres préoccupations que de  s’attarder sur ces polémiques. Selon ce Mbacké Mbacké, Cheikh Amar n’a jamais eu d’arriérés de salaire dans ses  différentes    entreprises dont  TSE ,  TER , Holding Amar etc,.  Ce  qui  est  vérifiable  surtout  que   l’on n’a jamais entendu   ses employés se plaindre de mauvais traitements. Selon Serigne Khadim Mbacké, Cheikh  Amar  ne  doit  rien à un journaliste. Pape Diogaye Faye étant  le seul et unique  interlocuteur  des journalistes de Direct  Info

 A  en croire  toujours  le  marabout, Le PDG de TSE a  l’esprit  concentré  sur les  projets   du  chef  de  l’Etat, Macky Sall,  avec  notamment  la réussite  de sa  politique agricole pour  laquelle  il travaille nuit et  jour. Conscient  qu’on cherche à nuire  à Cheikh  Amar, le  marabout  soutient qu’ils  ne  laisseront  pas des gens  s’acharner  impunément sur le PDG de Holding Amar.  C’est  dit !

 

Abdou Khadre Seck Pour Jotali.net